Ventiler sa salle de bains pour une bonne isolation
Bricolage & Travaux, Habitat & Maison

Isolation d’une salle de bains : comment procéder ?

La salle de bains est l’une des pièces les plus discrètes de la maison. Cette pièce censée être douce et chaude, incite souvent à la détente à travers des moments de relaxation comme le bain ou d’instants de bien-être et d’hygiène comme le brossage des dents ou la pose d’un masque purificateur pour le visage. Cependant, cet espace des plus fréquentés de la maison pose très souvent des problèmes d’isolation thermique. Mal isolée, il devient alors difficile de profiter pleinement de cette pièce dédiée à l’hygiène et aux soins de beauté. Alors comment réussir l’isolation de sa salle de bains ?

Quel isolant thermique pour une salle de bains ?

L’isolation de la salle de bains se fait principalement au niveau des murs, du sol et du plafond. Pour ces différents endroits, le choix des isolants thermiques peut être fait parmi ceux présentés ci-dessous.

Isolation salle de bains

Des isolants naturels et respectueux de l’environnement

Cette catégorie renferme des produits naturels et respectueux de l’environnement utilisés pour l’isolation thermique. Ils sont donc bénéfiques aussi bien pour la maison que pour ses occupants. Ainsi, parmi cette gamme d’isolants, on retrouve : la laine de brebis ou de mouton, le feutre de lin, la fibre de bois, la plume, l’ouate de cellulose, la laine de coton ou encore le liège.

L’un des avantages des isolants naturels est qu’ils sont économiques. Leur grande qualité réside dans leur bonne conductibilité thermique et dans le fait qu’ils réduisent grandement l’humidité. La combinaison de ces différents isolants permet d’ailleurs d’obtenir de meilleurs résultats pour isoler salle de bains.

Des isolants synthétiques et efficaces

Les isolants synthétiques sont des produits de fabrication industrielle utilisés pour l’isolation des murs, des sols et du plafond. Ce sont d’ailleurs les isolants les plus appréciés pour isoler la salle de bains, car ils sont faciles à manipuler, mais surtout très efficace.

Parmi les isolants synthétiques les plus retrouvés dans les installations domestiques, on retrouve : le polystyrène, la mousse phénolique et le polyuréthane.

Les isolants synthétiques ont une très bonne résistance thermique. Ils possèdent également une grande capacité de rétention d’eau et constituent un bon pare-vapeur : ce qui est essentiel pour une pièce comme une salle de bain. Avec toutes leurs propriétés associées, les isolants synthétiques offrent une isolation de qualité dans la maison et une solution idéale pour isoler une salle de bain.

Les isolants minéraux

Les minéraux sont également des matières utilisées dans la fabrication des isolants pour les installations domestiques. Ils se constituent principalement à base de sable, de verre recyclé ou de basalte. Les isolants minéraux sont tous incombustibles et c’est un avantage indéniable lorsqu’on isole une salle de bain dans laquelle se trouve une chaudière.

Les isolants minéraux sont donc très efficaces contre le froid mais aussi pour garder la chaleur. Aussi, grâce à leur matière minérale, ces isolants ont une grande durée de vie.

Il existe de nombreux types d’isolants minéraux. Cependant, les plus utilisés pour l’isolation thermique des pièces de la maison sont : la laine de verre, le verre cellulaire ou la laine de roche. Ces isolants peuvent se présenter sous forme de rouleaux, de panneaux ou de flocons qui s’adaptent à vos besoins en terme d’isolation.

Des matériaux d’isolation au prix variés

Le prix des matériaux d’isolation varie fonction du système à installer et des isolants choisis. Si les matières synthétiques sont très efficaces, elles coûtent néanmoins plus cher que les produits naturels qui ne sont pas moins performants. Le choix se réalise en fonction de la salle de bain en question, des endroits à isoler (murs, plafond…) et des besoins mais aussi des convictions de chacun.

Les tarifs pour l’isolation de vos murs

Les isolants synthétiques et naturels sont ceux qui offrent les meilleures performances en matière d’isolation des murs. Présentés en plaques ou en rouleaux, ils empêchent la création de ponts thermiques qui sont à l’origine de la perte de chaleur dans une pièce.

Le polystyrène, lui, affiche un tarif entre 15 et 20 € par m2. Il en est de même pour les isolants en polyuréthane : comptez une vingtaine d’euros par m². Quant aux panneaux isolants sous vide, le budget est plus important :  il faut prévoir en moyenne 53 € pour le m2.

Isoler son plafond : quel coût ?

Pour isoler le plafond, les isolants minéraux et ceux naturels sont les plus exploités.

En effet, ils sont facile à poser et permettent de gagner en temps, mais surtout en performances thermiques. Ainsi, pour couvrir 1 m2 de son plafond, il faut prévoir en moyenne une quinzaine d’euros. Les prix moyens relevés pour les différentes matières sont de 10 pour la laine de roche, 18 euros pour les fibres de bois et 20 € pour les feutres de lin.

Quid de l’isolation du sol ?

C’est souvent à travers le sol d’une pièce que l’on ressent le froid alors il est important de penser à l’isolation du sol d’une maison et particulièrement au sol de la salle de bains car c’est une pièce dans laquelle on se trouve souvent pieds nus.

Les isolants synthétiques prouvent aussi leur efficacité dans l’isolation thermique du sol de la salle de bains, ils sont tout indiqués. Il est également possible de privilégier l’isolant brique monomur qui se révèle très efficace. Pour ce dernier, il faudra prévoir en moyenne 65 € pour couvrir une surface de 1 m2.

Nota Bene : les moyennes de prix présentées pour les isolants thermiques sont des tarifs qui s’entendent TCC (toutes taxes comprises). Toutefois, il est possible de constater une petite différence de prix auprès de certains fournisseurs : mieux vaut donc comparer avant d’acheter. La résistance thermique de l’isolant et les caractéristiques intrinsèques de sa matière sont ce qui influence les prix des isolants alors penchez vous sur ces données pour faire votre choix d’isolant pour votre salle d’eau.

Humidité et isolation : comment bien ventiler sa salle de bains ?

La ventilation de la salle de bains est essentielle : elle consiste à favoriser une libre circulation de l’air entre les murs afin d’éviter toute humidité, voire moisissures. En faisant circuler l’air, en ventilant la pièce : l’humidité sera automatiquement moins présente à l’intérieur.

Pour bien ventiler sa salle d’eau, éviter l’humidité et avoir une bonne isolation, il existe deux principales méthodes : la ventilation naturelle et celle mécanique.

Humidité salle de bains

La ventilation naturelle

La ventilation naturelle est la façon la plus simple d’aérer sa salle de bains. Elle consiste simplement à se servir des ouvertures de la pièce pour permettre la circulation de l’air. Pour ce faire, il faut créer des espaces avec les grilles en haut et en bas dans la salle de bains. Ceux-ci permettront à la pièce un échange d’air avec l’extérieur. Ainsi, les grilles basses seront pour l’entrée d’air frais alors que celles hautes permettront l’évacuation de l’air chaud. Ce principe d’aération est en réalité obligatoire pour bien ventiler une pièce : c’est l’alternative à la solution mécanique, et notamment à la VMC.

Ainsi, un simple vide d’environ 2 cm sous la porte permet l’entrée d’air dans la salle de bains et donc une légère ventilation. Lorsque la salle de bains dispose de fenêtres, pour bien ventiler la pièce, celles-ci doivent être ouvertes après chaque douche pour éviter que l’humidité ne stagne.

Aussi, et de manière générale, l’aération des pièces doit se faire tous les jours pendant 10 à 15 min que ce soit en hiver comme en été. En notera néanmoins que la ventilation dite “naturelle” n’est pas toujours efficace car limitée pour protéger la salle de bains de l’humidité et avoir une bonne isolation. Il faut alors associer cette méthode avec celle mécanique pour avoir les meilleurs résultats possibles.

Les ventilations mécaniques

Les ventilations mécaniques sont des systèmes qui utilisent certains appareils pour réaliser le renouvellement d’air dans une pièce. Il en existe de plusieurs types, les voici.

La ventilation mécanique contrôlée (VMC)

La ventilation mécanique contrôlée ou VMC est un système de renouvellement d’air qui peut être à simple ou double flux. Très performante, la VMC simple consiste à partir d’un ventilateur placé dans le mur, à extraire l’air de la pièce pour l’envoyer à l’extérieur. Dans le même temps, elle assure le renouvellement de l’air dans la pièce. Ce type de ventilation est très répandu et il peut être autoréglable ou hydroréglable.

Quant à la VMC à double flux, elle insuffle depuis l’extérieur de l’air frais dans les pièces sèches de la maison. En même temps, le système de ventilation rejette l’air humidifié des pièces humides, comme celle de la salle de bains ou de la cuisine, vers l’extérieur.

La ventilation mécanique ponctuelle (VMP)

Ce système d’extraction d’air permet de ventiler la salle de bain de façon intermittente ou continue. Il peut être couplé avec l’interrupteur de la pièce et se déclencher quand un utilisateur l’allume. Certains modèles fonctionnent avec un détecteur de présence. Ainsi, avec la VMP, le renouvellement d’air dans la pièce s’effectue uniquement quand la salle de bains est occupée et donc quand la ventilation est essentielle.

La ventilation mécanique répartie (VMR)

La VMR est un mécanisme d’extraction d’air qui évacue l’air vicié de la salle de bain vers l’extérieur et apporte ensuite de l’air neuf. Elle fonctionne de façon intermittente ou permanente dans la pièce où elle est installée. La VMR peut se commander à partir d’un interrupteur ou de façon automatique. Sa régulation d’air est l’une des plus efficaces dans les systèmes de ventilation, notamment pour la bonne isolation des salles d’eau.

La ventilation mécanique par insufflation (VMI)

Cette méthode consiste à injecter de l’air neuf dans la salle de bain avant de rejeter l’air vicié vers l’extérieur. L’air neuf venant de l’extérieur est filtré, réchauffé et déshumidifié avant d’être insufflé dans la salle de bain. Cet air entre en collision avec l’air vicié et chasse l’humidité et les polluants par les bouches d’aération de la salle de bain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *